Chronique N°5 : Red Queen

37909122_2053689764960245_3298230262772531200_n

 

Titre : Red Queen
Auteur : Victoria Aveyard
Genre : Dystopie
Date de sortie : 2016
Editeur : Le Livre de Poche
Prix : 7,90€
Nombre de pages : 448
Note : 4 / 5

 

 

 

 

Résumé :
« Mare Barrow, dix-sept ans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien. Quand elle s’avère détenir des pouvoirs magiques dont elle ignorait l’existence, sa vie change du tout au tout. Enfermée dans le palais de la famille royale, promise à un prince, elle va devoir apprendre à déjouer les intrigues de la cour, à maîtriser un pouvoir qui la dépasse, et à reconnaître ses ennemis. »

Mon avis :
En ce moment, je ne suis déçue d’aucune de mes lectures. Je découvre des intrigues et des univers exceptionnels, des romans qui regorgent de tout ce qui me plait dans la littérature de jeunesse. J’ai récemment découvert des sagas qui ont trouvé une place dans mon cœur, comme La Faucheuse et Les Enfants Particuliers ; je n’ai lu que le tome 1 pour l’instant ; et la plus récente est Red Queen, qui a su me faire vibrer.

Dans ce roman, nous suivons l’histoire de Mare, une jeune fille de dix-sept ans qui vit dans le village de Pilotis avec ses parents et sa sœur. Ses trois frères ont été envoyés à la guerre, chose qui arrive à ceux qui atteignent dix-huit ans et qui n’ont pas de travail ni d’apprentissage. Le monde dans lequel nous nous plongeons est coupé en deux : d’un côté, les Rouges, appelés ainsi par la couleur de leur sang, qui sont condamnés à vivre une existence pauvre et misérable, réduits à l’état d’esclavage, et d’un autre côté, les Argents, qui eux ont le sang de cette même couleur, qui possèdent des pouvoirs exceptionnels et qui gouvernent le monde d’une main de fer. Ces derniers se pensent supérieurs aux Rouges, bien évidemment, et ils n’hésitent pas à les traiter comme des moins que rien et à les envoyer périr à la guerre à leur place. Mare n’a pas de travail, n’est pas douée à une tâche précise, et elle sait qu’elle partira bientôt à la guerre. Elle passe donc ses journées à voler les plus riches afin d’en faire profiter sa famille.
Mais un jour, tout bascule, et elle tombe dans un engrenage infernal : de domestique Rouge au palais servant la cour à princesse Rouge au milieu d’Argents, il n’y a qu’un pas. Lorsqu’elle découvre qu’elle possède un pouvoir, et ce devant tous les Argents, ces derniers ne savent que faire : elle a le sang rouge, mais possède un don que seuls les Argents peuvent posséder. Pour se protéger d’elle et percer à jour cette énigme, mais aussi pour se servir d’elle afin de calmer la Garde Ecarlate, groupe de rebelles Rouges qui souhaitent l’égalité pour tous, ils prennent une décision qui changera la vie de Mare à jamais : elle est promise au prince. 

« N’importe qui peut trahir n’importe qui »

Il existe de nombreuses dystopies Young Adult, toutes uniques en elles-mêmes, mais celle-ci se démarque du lot par son intrigue originale, ses personnages attachants et imprévisibles, ses retournements de situation et la plume entraînante de l’auteure.
La première chose qui m’a quelque peu surprise dès le début de ma lecture, c’est le style d’écriture de Victoria Aveyard. Le récit est au présent, chose peu commune dans mes précédentes lectures, où les temps du passé étaient omniprésents. J’ai trouvé que cette utilisation du présent donnait beaucoup plus de rythme au récit et plonge facilement le lecteur dans l’histoire, comme si nous étions nous-mêmes Mare. Les nombreuses descriptions des lieux et des personnages nous envoûtent et nous immergent dans cet univers totalement différent du nôtre. La plume de l’auteure est fluide, simple, et le récit du point de vue de Mare nous plonge dans ses pensées les plus profondes, j’avais parfois l’impression de ressentir ce qu’elle ressentait, de comprendre ses sentiments et de partager ses pensées.
Les premiers chapitres ne se concentrent pas sur les moments d’action mais sur le fonctionnement de ce monde encore inconnu pour nous : nous avons connaissance des différences entre les Rouges et les Argents, les démonstrations de force incessantes de ces derniers, les différentes lois et coutumes, la vie quotidienne de ces Rouges traités en inférieurs.. Ma seule déception est le manque d’explications sur l’apparition des Argents. Comment des gens au sang couleur argent et dotés de pouvoirs ont vu le jour ? Comment sont-ils devenus supérieurs ? Comme la monarchie a-t-elle été mise en place ? Nous ne le savons pas, et j’espère que les réponses à ces questions se trouvent dans les tomes suivants.

37904298_2053690031626885_2560444384143212544_n

« Je suis le roi et tu aurais pu être ma reine rouge. Désormais, tu n’es plus rien. »

Les personnages sont attachants, mais ce n’est pas pour Mare que j’ai eu un réel coup de cœur. J’ai apprécié son caractère et sa personnalité, c’est une jeune fille forte, avec un gros caractère, qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Elle est loyale aux siens, et faire semblant d’appartenir aux Argents, à ses ennemis, pour expliquer son don, la rend malade. Pourtant, elle joue assez bien son rôle, et je l’ai admirée tout au long du roman de ne pas craquer et de rester sur ses positions.  Elle sait jouer un double jeu, faire semblant d’être une Argent et aider la Garde Ecarlate à mener à bien ses missions. Néanmoins, je l’ai trouvée parfois prétentieuse, se croyant intouchable, pensant que tout le monde va la suivre, va l’écouter et surtout va la choisir, elle. Je l’ai surtout trouvée très naïve, puisque même si ce n’était pas son intention au début, elle finit par faire confiance aux mauvaises personnes, et à tomber de haut à la fin.. Je suis tombée avec elle, je l’avoue.
Les personnages qui m’ont parus le plus intéressants sont Cal et Maven, les deux jeunes princes. En effet, ils sont très complexes et difficiles à cerner : tout au long du roman, nous ne savons pas réellement leurs véritables pensées, si Mare peut leur faire confiance ou non, s’ils sont sincères ou s’ils se jouent des autres.. Les deux frères sont complètement différents l’un de l’autre, et, comme Mare, je ne savais pas vers lequel faire pencher ma faveur. J’ai fini par avoir une préférence, mais j’ai découvert à la fin du roman que je m’étais complètement trompée sur les intentions de l’un et de l’autre, ceux et celles qui ont déjà lu le livre doivent savoir de quoi je parle. Ce retournement de situation, si nous ne le voyons pas venir, nous plonge dans le même état que Mare : le choc et l’incompréhension, et l’impression d’avoir été trahis.

Concernant l’intrigue et les rebondissements, à part deux choses ; qui sont, à vrai dire, centrales dans l’histoire ; je n’ai rien vu venir. Les événements ne sont pas prévisibles et le lecteur est submergé par tout un tas d’émotions, émotions qu’il partage avec Mare. Le triangle amoureux ; ou plutôt, le quatuor ; était prévisible dès le début, mais ça n’a gâché en rien ma lecture puisque les relations entre les différents personnages m’ont fait vibrer. Je me demandais sans cesse ce que Mare ressentait, pour qui elle éprouvait de réels sentiments, qui elle allait choisir, et je me le demande encore. J’espère que cette ambiguïté va continuer dans les prochains tomes et va se terminer à la fin de la saga, et je serai déçue si elle choisissait la personne qui me semble le plus prévisible.
Ce que j’ai aussi trouvé prévisible, c’est le fait de savoir que Mare s’en sortira toujours, quoi qu’il arrive. Ce n’était pas le cas pour ses amis, ni pour sa famille, mais même dans les moments où il était impossible qu’elle s’en sorte sans égratignures, elle s’en sortait quand même. C’était prévisible, et cela a retiré une touche de suspense.

Ce roman, mêlant de la dystopie à de la Fantasy, me fait penser à un mélange de Game of Thrones et de Hunger Games. Les trahisons et les manipulations autour de la couronne rappelle l’ambiance du Trône de Fer, d’ailleurs la reine Elara m’a beaucoup fait penser à la reine Cersei de par son caractère. La rébellion mise en place, elle, m’a rappelée la saga  Hunger Games : les Rouges se liguent peu à peu contre les Argents, ne pouvant plus supporter d’être considérés comme des esclaves. Avec l’aide de Mare, qui est un peu la figure de la rébellion à l’instar de Katniss Everdeen, la Garde Rouge organise des attentats dans l’idée de renverser l’état et de changer les choses. Ils souhaitent un monde meilleur, où tous les habitants sont égaux entre eux. Je trouve que cela fait un bon mélange, ce premier tome prépare à une saga prometteuse, à une bataille e,tre les Argents et les Rouges en quête de liberté, un ralliement de la Garde Ecarlate pour changer les choses : « Notre armée se lèvera, aussi rouge que l’aube. » Ma seule crainte : être déçue par le second tome.

Et vous, l’avez-vous lu, ainsi que toute la saga ? Qu’en avez-vous pensé ?
A bientôt pour une nouvelle chronique !

 

« Dans les histoires, les vieux contes de fées, un héros surgit toujours pour rétablir la justice. Mais tous mes héros sont partis ou morts. Personne ne viendra me sauver. »

 

 

 

Publicités

2 commentaires sur “Chronique N°5 : Red Queen

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s